Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

La revue de presse

 Ils en parlent . . . ! !

 

City Post

 

http://www.citypost.fr/2015/02/des-enfants-des-quartiers-nord-la-realisation-de-courts-metrages/


France 3 article web


France 3 JT région 9 mai 2015 : regarder à partir de 15:30 environ

 

LEA 2016-2017 :

 

LA PROVENCE
FONT-VERT


Ils imaginent leur quartier autrement
Dimanche 05/03/2017 à 05H07
Ambrine Ziani
Si en mer les phares et les balises sont des éléments essentiels pour informer les marins, à l'association Ph'Art
& balises (16e), les enfants issus du nord de la ville sont eux, un atout majeur. "Notre but est de repérer des jeunes
talents dans la ville", lance Catherine Vestieu, directrice artistique de la structure associative, dont l'objectif est
de promouvoir des activités culturelles dans les territoires sensibles de la ville.
Après l'école, les enfants des quartiers de Font-Vert et de La Busserine ont leurs habitudes du mardi, à la
Maison des Familles et des associations (MFA) de Font-Vert (14e). Et ici, la tradition du goûter est bien
évidemment respectée. "Je viens tous les mardis, mais je ne sais même plus depuis quand je suis là". Le petit
Akram, âgé de 9 ans, a la mémoire qui flanche, mais son dynamisme n'est pas des moindres.
36
Depuis deux ans, l'association organise des ateliers d'arts plastiques à la MFA Font-Vert. "Le but est de
développer la motricité fine par les arts plastiques, mais aussi de développer leur imagination, car c'est sur ce point
qu'ils butent", explique Cécile Laffrat, plasticienne encadrant les ateliers.
Depuis mi-octobre, ce groupe d'enfants, tous âgés entre 6 et 9 ans, a imaginé un musée au coeur de leur
quartier. Il faut dire que les travaux de la L2 ont inspiré les ateliers... Après avoir bâti les plans, réalisé la
maquette avec du matériel recyclé, ils vont concevoir des oeuvres d'art. La première séance de sculpture est
lancée. "Aujourd'hui, on va démolir pour construire", annonce la plasticienne en montrant au quatuor un sac en
plastique rempli de pommes de terre.
En posture de plasticien, chacun commence à construire petit à petit sa sculpture, à l'aide d'un cutter de
précision. "J'essaie de ne pas les infantiliser et de les exercer à utiliser de vrais outils de
professionnels". Rapidement, les pommes de terre prennent forme. Des figures abstraites apparaissent. "Ici, on
laisse place à l'imagination", sourit Cécile.
Une semaine sur deux, les enfants doivent résumer les deux heures d'ateliers précédents, sur un cahier de bord.
"Cet exercice les oblige à faire travailler leur mémoire et à rédiger". Ici, l'écriture passe aussi par l'oral. Lorsque la
plasticienne explique aux enfants comment doit se conserver la pomme de terre, les questions se multiplient.
"Ça s'écrit comment hydrater ?", s'interroge Kaïna, sucette à la fraise à la bouche. C'est alors que l'atelier d'arts
plastiques se transforme en cours de biologie...

 

Reportage France 3 PACA Tournage Busserine 2017 : http://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/metropole-aix-marseille/marseille/quartiers-nord/changez-regard-busserine-marseille-1232033.html

 

Restitution LEA 2016-2017 DOCKS DES SUDS

 

LA PROVENCE
Marseille - La Joliette : des sujets plus si tabous mis en boîte
aux Docks


Vendredi 30/06/2017 à 07H53 Marseille
Rires, excitation, stress, fierté, peur, rires à nouveau
Un projet aussi mené à bien grâce à Urban Prod, association qui valorise les pratiques numériques comme outils de
médiation. C.P.
Rires, excitation, stress, fierté, peur, rires à nouveau. Quand la lumière s'éteint, l'émotion monte. Celle qu'ont en
commun ces jeunes, âgés de 6 à 17 ans, issus des quartiers prioritaires de Marseille. Certains ont pourtant l'expérience
qui joue pour eux. Mais face à Léa, ils ne contrôlent pas leurs sentiments. Non, Léa n'est pas le coup de coeur de la
gent masculine présente mercredi soir au Dock des Sud mais bien la 4e édition de restitution des ateliers lecture,
écriture artistique (Léa).
Une restitution du travail qu'ont mené durant toute l'année 2016-2017, ces gamins des structures sociales de
proximité de Font-Vert, de la Busserine, de l'Estaque-bassin de Séon et de Saint-Lazare. Un projet porté par
l'association Ph'Art & Balises, qui fête d'ailleurs ses 10 ans cette année. Pour Catherine Vestieu et Noémie Deux,
directrice et chargée de production de l'asso, "son rôle consiste avant tout à développer l'ouverture culturelle auprès
d'un public a priori peu pourvu de ce genre d'actions".
"Lutte contre les préjugés et discrimination"
Alors, au moment de visionner le travail effectué, la tension monte... Les quatre courts-métrages qu'ils ont aidés à
réaliser et dans lesquels ils ont joué vont être diffusés sur grand écran. Des mini-films tournant tous autour de la
thématique sur laquelle ils ont planché toute l'année, "lutte contre les préjugés et discrimination".
Si leurs histoires mériteraient d'être racontées de façon plus dense, celles de leurs éducateurs plus développée ou des
accompagnants des centres sociaux plus détaillée, le simple fait d'avoir amené ces jeunes à débattre pendant des
mois sur des "sujets dits tabous" suffit à résumer le chemin parcouru. Des sujets qui ne le sont finalement plus
tellement aujourd'hui.
En fin de soirée, le prix du film "le plus futé" est revenu au groupe de la Busserine, "le plus sincère" à Saint-Lazare, "le
plus chorégraphique" aux Tuileries et "le plus drôle" à Font-Vert. Les 6-8 ans des Arts plastiques sont repartis avec le
prix "innovation, création et réalisation". C.P